accueil > news > BD Trafic: A la rencontre de Baptiste Payen...
CHERUB MISSION 17 : Commando Adams

CHERUB MISSION 17 : Commando Adams

COMMANDO ADAMS   L'ultime mission de la série culte CHERUB.   Au cours d'une banale mission de recrutement, deux agents de CHERUB mettent à jour un complot criminel mené depuis le Moyen-Orient par un redoutable groupe terroriste. Le gouvernement[...]
Trafic, la BD

Trafic, la BD

TRAFIC   La suite de la bande dessinée CHERUB !   Depuis vingt ans, le plus puissant trafiquant de drogue du Royaume-Uni mène ses activités en toute impunité, au nez et à la barbe de la police et de la justice. Décidés à mettre un terme à [...]
Evènement - 15/03/2017
Share/Bookmark
toutes les news

BD Trafic: A la rencontre de Baptiste Payen...

BD Trafic: A la rencontre de Baptiste Payen...

Comme nous vous l’avions annoncé, nous vous proposons durant les deux prochaines semaines d’aller à la rencontre des deux auteurs qui se cachent derrière la BD CHERUB: Trafic. Cette semaine, nous allons découvrir Baptiste Payen, le scénariste de la BD, qui a accepté de répondre à quelques de nos questions et de nous dévoiler quelques secrets derrière le livre tant attendu.

 

 

 

 


Bonjour Baptiste, pourriez-vous vous présenter aux fans de CHERUB ?

Baptiste Payen, né en Savoie en 1982, aucune opération à son actif, n’a jamais suivi le programme d'entraînement initial ni même mi les pieds sur le campus, sa pratique de la bande dessinée lui a toutefois permis de collaborer avec l’agence CHERUB aux côtés du jeune et talentueux David Combet qui fut l’un de ses élèves à l’ENAAI, une école d’arts appliqués près de Chambéry. En parallèle de son activité d’auteur de bande dessinée, Baptiste travaille aussi dans l’illustration et la photographie.

 

Comment s’est déroulé la collaboration avec David Combet ?

Bien ! Je connais le travail de David depuis longtemps, et nous avions déjà collaboré sur un projet de BD qui n’a pas encore trouvé d’éditeur, lui au dessin et moi au scénario. Au moment où l’adaptation de CHERUB lui a été proposée, les délais et la quantité de travail imposaient de se diviser la tâche, il a donc proposé mon nom pour la phase préparatoire, merci David !

Ensuite les choses ont été assez simples mais très intenses : je fournissais le scénario, le storyboard, et David travaillait comme un forçat sur le dessin et de la colorisation. Nous avions convenu que mes story-boards n’étaient qu’une proposition qui lui était faite, et qu’il pouvait évidemement modifier la narration s’il avait de meilleures solutions (ce qu’il ne s’est pas privé de faire), ainsi il a gardé le mieux de ce que j’ai proposé, et il a ajouté sa patte en plus.

 

Connaissiez-vous CHERUB avant d’écrire le deuxième volume de la BD ? Avez-vous “dû” lire toute la série ?

J’ai découvert CHERUB quand David m’a dit qu’il travaillerait peut être dessus et qu’il aurait peut être besoin d’un coup de main, j’ai donc lu les deux premiers tomes à ce moment là. Quelques mois plus tard on officialisait la collaboration, et j’ai lu jusqu’au tome 4 pour la réalisation du tome 2, je pense lire tranquillement la suite pour pouvoir échanger un peu autour de la série lors des salons et dédicaces, pour l’instant, c’est Arizona Max qui m’a le plus plu.

 

Comment avez-vous procédé pour adapter le texte de Robert Muchamore en BD ?

J’ai lu, re-lu, et re-re-lu Trafic, afin de bien m’imprégner de l’ambiance, de bien connaitre les personnages et les séquences. J’ai ensuite utilisé des dizaines de post-its afin de prendre des repères dans le livre pour savoir comment diviser l’histoire en planches, savoir sur quels passages insister. Une fois que j’ai su combien de pages je pouvais consacrer à chaque scène, j’ai commencé la rédaction du scénario. Et ensuite j’ai commencé le story-board, une sorte de « brouillon » de chaque planche de la BD.

 

Les livres de Robert Muchamore sont assez denses en informations et suivent plusieurs actions en même temps. Cela n’a-t-il pas été une difficulté lors de l’écriture du scénario ?

C’est en effet une difficulté : dans l’écriture du roman, un changement de lieux se marque par un changement de paragraphe ou de chapitre, on peut avoir la moitié d’une page vide et ça ne pose pas de problème. En BD on est plus contraint par le mode de narration.

Parfois dans la première phase d’écriture je me retrouvais avec des changements de lieux ou d’action trop fréquents et trop rapides, on se perdait un peu.

J’ai essayé de corriger au fur et à mesure, mais avec l’équipe de Casterman on a dû retravailler certains passages jusque dans les dernières relectures afin de ne pas créer de confusion.

 

Le livre sera-t-il en continuité avec le premier tome de la BD ?

Oui et non !

Oui car on suit la trame de Robert Muchamore, parce qu’on garde le même format et la même pagination, et parce qu’on ne contredit rien de ce qui a été posé dans le premier tome.

Non car nous avons une manière de raconter différente, des planches moins fragmentées, peut être parfois plus sages. Le dessin et les couleurs de David sont très différents de ce qu’a fait John Aggs, le but n’était pas du tout de tenter d’imiter son style. Les personnages sont un peu différents, mais gardent les caractéristiques importantes.

Je pense qu’on sera comparés à l’équipe Aggs/Edginton par les lecteurs, et en fonction des goûts de chacun certains nous trouverons moins bons, et d’autres meilleurs. J’espère juste qu’on arrivera à embarquer dans la lecture avec suffisament d’efficacité pour que cette question n’ai plus que très peu d'importance.

 

Quel a été le plus gros problème auquel vous avez été confronté ?

Les dialogues ! Beaucoup de scènes reposent sur les échanges entre les personnages. J’ai dû couper énormément dans les dialogues et la BD reste très loin d’être muette ! Heureusement, les lignes de dialogues servant à placer une émotion, à pointer un détail, etc…peuvent parfois être remplacées par un travail sur la mise en scène et le dessin.

 

Qui est votre personnage préféré dans la série ? S’il vous plaît ne nous dites pas James…

J’aime bien le sale caractère de Lauren. L’histoire du coup de pelle montre qu’elle est à la fois très forte et très sensible. Je ne sais pas encore comment elle tourne après Chute Libre, mais je trouve que c’est un personnage très intéressant et attachant.

 

Si on vous le proposait, accepteriez-vous d’adapter la suite de la série ?

Oui, sans la moinde hésitation !

 

On vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour découvrir l’interview de David Combet, l’illustrateur de la BD qui nous expliquera en exclusivité les différentes étapes de création graphique de la BD avec des visuels inédits.


La BD CHERUB - Mission 2: Trafic sera disponible le 5 avril chez tous les bons libraires.


 

0 commentaire(s) poster un commentaire